Upsilon Andromedae: un système hors norme

Catégorie: Exoplanètes, Naines brunes

L’étoile Epsilon Andromedae est une binaire à longue période constituée d’une naine jaune blanche et d’une faible naine rouge. C’est autour de l’étoile principale qu’a été découvert en 1997 le premier système avec plusieurs exoplanètes. Cette découverte a été faite avec la méthode des vitesses radiales (vélocimétrie) et seule la masse minimale de chaque astre avait été mesurée. Les deux planètes externes furent surnommées Twopiter et Fourpiter, car leurs masses minimales étaient respectivement de 2 et 4 fois celle de Jupiter. La planète la plus interne, d’une masse minimale inférieure à celle de Jupiter était surnommée Dinky, (négligeable en anglais).

Upsilon Adromedae Ac (Twopiter), dépeinte par John Whatmough

Une équipe de chercheurs américains et brésiliens ont utilisé les données spectroscopiques de 5 télescopes au sol et les données astrométriques de Hubble pour mesurer les masses réelles de Twopiter et Fourpiter, ainsi que l’inclinaison de leur orbite. L’astrométrie mesure le déplacement de l’étoile induit par la présence d’une planète dans le plan du ciel tandis que la vélocimétrie mesure ce même déplacement projeté sur la ligne de visée: les deux méthodes se complètent et donnent une vision en 3D du système.

Hubble Space Telescope
Le Télescope Spatial Hubble vu de l’espace

Ainsi Twopiter a une masse réelle de 13,98 masses joviennes, ce qui la met dans la catégorie des naines brunes désertiques plus que dans celle des planètes conventionnelles. Tôt dans son histoire, l’astre s’est allumé comme une étoile avant de s’éteindre très vite. Fourpiter quand à lui a une masse réelle d’environ 10,25 masses joviennes. Les orbites des deux planètes sont inclinées respectivement de 8° et 14° par rapport au plan du ciel.

Upsilon Andromedae Ab
Dinky étudié dans l’infrarouge par Spitzer

Un étude précédente de Spitzer avait montré que l’inclinaison de Dinky était qu’au moins 30°, ce qui lui donne une masse comprise entre 0,687 et 1,37 masses joviennes. Alors que les deux planètes externes ne méritent plus leurs surnoms, la planète interne semble plus dinky que jamais face à ses imposantes sœurs.

La même étude confirme l’appartenance d’Upsilon Andromedae A et B à un couple stellaire et prévoit l’existence d’une quatrième « planète » dans ce système atypique et hors normes.

Pas de commentaires