Kepler-186 f: une planète habitable de la taille de la Terre autour d’une naine rouge

La NASA avait prévu d’annoncer en direct aujourd’hui à 20h00 (heure française) une nouvelle découverte importante. Il s’agit de l’astre dont j’avais parlé dans mon précédent billet, KOI-571.05, renommé pour l’occasion Kepler-186 f. C’est une planète à peine plus grosse que la Terre, en orbite autour d’une petite naine rouge. Bien que son année ne dure que quatre mois elle est plus froide que la Terre mais toujours dans la zone habitable.\n\n

Vue d’artiste de Kepler-186 f, la première planète de la taille de la Terre découverte dans la zone habitable de son étoile. Crédit: NASA Ames/SETI Institute/JPL-Caltech.
\n\nAlors est-ce une nouvelle annonce bidon de la part de la NASA pour attirer l’attention du public ou une découverte particulière? Rappelons que les précédentes candidates au titre de planète habitable étaient plus massives ou plus étendues que la Terre. Certaines études indiquaient qu’elles risquaient de posséder une atmosphère gazeuse importante rendant la vie telle que nous la connaissons impossible. Ici c’est bien différent puisque Kepler-186 b est plus grande que la Terre de seulement 10% et cela change beaucoup de choses.\n\n
Densité des petites planètes en fonction de leur rayon. Extrait de l’article de G. Marcy et son équipe.
\n\nUne étude statistique dirigée par G. Marcy publiée sur arXiv il y a quelques jours seulement indique que la limite entre planètes telluriques et les « mini-neptunes » se trouve entre 1.4 et 1.8 fois la taille de la Terre. Kepler-186 f est la première planète orbitant dans la zone habitable de son étoile dont le diamètre est largement en dessous de cette limite, elle a donc de grandes chances d’être entièrement rocheuse à la différence des autres candidates.\n\n
Comparaison entre le système solaire interne et le système de Kepler-186. Crédit: NASA Ames/SETI Institute/JPL-Caltech.
\n\nIl est important de noter que Kepler-186 f n’est pas forcement habitable de la même façon que Mars ne l’est pas alors que lui aussi se trouve dans la zone habitable du Soleil. La nature de l’étoile Kepler-186 peut également poser problème puisque les planètes orbitant aussi près d’une naine rouge sont soumises à d’importants effets de marées. Cela dit cette étoile est plutôt lumineuse pour une naine rouge et la planète se trouve dans la partie externe de la zone habitable, peut être suffisamment loin pour que sa rotation ne soit pas verrouillée sur sa période de révolution.\n\n
HEC vient de rajouter Kepler-186 f à sa liste de planètes potentiellement habitables.
\n\nSur le forum Webastro certains ont exprimé leur ras-le-bol de ces annonces successives de nouvelles planètes habitables. Je vais exprimer ici mon avis personnel. Lorsque j’ai découvert les exoplanètes il y a une quinzaine d’années ce n’est pas leur habitabilité (science-fiction pure à l’époque) mais leur diversité qui m’a fasciné. La découverte d’une fausse jumelle de la Terre me fascine autant que la découverte éventuelle d’une exolune ou d’un système d’anneaux exoplanétaires. J’ai été moi aussi blasé par ces annonces aussi répétitives que bancales ces dernières années, mais bien que je ne sorte pas le champagne ce soir, je considère que Kepler-186 f est une planète importante, celle que l’on cherchait depuis l’annonce foireuse de GJ 581 c. Alors sortons le Panaché et fêtons cela comme il se doit.\n

    Références\n

  1. NASA’s Kepler Discovers First Earth-Size Planet In The ‘Habitable Zone’ of Another Star
  2. \n

  3. Occurrence and core-envelope structure of 1–4x Earth-size planets around Sun-like stars (Geoffrey W. Marcy et al. 2014)
  4. \n