OGLE-2005-BLG-169Lb, le Jupiter « raté »

Catégorie: Non classé

OGLE-2005-BLG-169L b est une planète détectée en 2005  par les membres des collaborations du Optical Gravitational Lensing Experiment (OGLE), le Microlensing Follow-Up Network (MicroFUN), et le Microlensing Observations in Astrophysics (MOA). La méthode utilisée est assez singulière, elle nécessite que deux étoiles soient alignées avec la Terre, d’après les lois de la relativité générale, la masse de l’étoile la plus proche (faisant office de lentille) magnifie la lumière de l’étoile la plus lointaine, si l’étoile est accompagnée d’une planète, alors celle ci magnifie à nouveau l’étoile d’arrière plan. Ce genre d’alignement est rare dans le vide du cosmos, raison pour laquelle les astronomes observent dans la direction du centre de notre galaxie pour les débusquer, une région très riche en étoiles.

Lorsque des galaxies font office de lentilles gravitationnelles, c’est autrement plus spectaculaire!
Crédit: ESA/NASA

La méthode des microlentilles gravitationnelles est sensible notamment aux planètes de faible masse orbitant loin de leur étoile, une population très différente et complémentaire à celle qui est recherchée par les méthodes des transits et des vitesses radiales. Elle a néanmoins des défauts: les mesures obtenues sont très imprécises et prises à l’instant, impossible de savoir à quelle est l’orbite de la planète détectée, on ne connait que la distance projetée la séparant de son étoile au moment de la mesure. L’événement microlentille étant unique, la mesure ne peut être refaite.

Vue d’artiste de OGLE-2005-BLG-169Lb accompagné d’une hypothétique lune.
Crédit: MicroFUN Collaboration, CFA, NSF

Il est néanmoins possible d’affiner les mesures en observant à nouveau l’étoile lentille. C’est ce qu’on fait David Bennett, Virginie Batista et leurs équipes respectives en pointant le télescope spatial Hubble et l’un des télescopes de 10 mètres du Keck à Hawaï vers OGLE-2005-BLG-169L, ils ont pu ainsi mesurer les caractéristiques physiques de cette étoile qui n’était jusque-là qu’un pic de luminosité associé à une masse. Cette étoile est située à 13000 années lumière du Soleil dans la région du bulbe galactique dont la masse équivaut à 69% de celle du Soleil, plus massive que prévu. La planète n’a pas pu être observée, mais le rapport de masse étant connu, elle passe des 10 MT initialement mesurées à 14.1 MT, soit la masse d’Uranus et se trouvera à au moins quatre unités astronomiques de son soleil.

D’après les auteurs, il s’agirait d’un Jupiter raté, un type de planète supposé courant autour d’étoiles plus petites que le Soleil. N’ayant pas grossi assez vite pendant sa formation, elle n’a pas pu accréter une atmosphère significative avant que les gaz ne disparaissent du disque protoplanétaire qui lui a donné naissance. 40% de sa masse seulement seraient constitués de gaz contre au moins 95% pour Jupiter.

Références:

  1. Confirmation of the Planetary Microlensing Signal and Star and Planet Mass Determinations for Event OGLE-2005-BLG-169 (D. P. Bennett et al. 2015)

Pas de commentaires