Le système K2-3 par HARPS

L’un des défaut de la désormais légendaire mission Kepler est d’avoir scruté une région de l’hémisphère nord. Le télescope capable de détecter les planètes les plus petites observait alors une région inaccessible à l’instrument HARPS capable de détecter les planètes les plus légère. Ayant perdu son orientation initiale, le télescope spatial Kepler observe désormais des champs d’étoiles proches de l’écliptique, nottament dans l’hémisphère Sud et certaines des planètes découvertes lors de la seconde mission de l’engin (appelée K2) peuvent être étudiées depuis le Chili.\n\nHARPS (High Accuracy Radial-velocity Planet Searcher), le spectrographe échelle installé au télescope de 3.6m de l’ESO à la Silla a étudié les variations de vitesse radiale de l’étoile K2-3, hôte de trois exoplanètes détectées grâce à Kepler dans le but de mesurer leur masse.\n\n

Caisson sous vide dans lequel se trouve HARPS. Crédits: ESO
\n\nLa planète la plus proche de l’étoile, K2-3 b a une masse de 8.4±2.1 MT, avec son rayon de 2.078+0.18−0.093 cela donne une masse volumique de 4.32+2.0−0.76 g.cm−3. Cette densité est compatible avec une composition rocheuse, mais elle pourrait contenir jusqu’à 50% d’eau.\n\nL’activité magnétique de l’étoile à empêché de connaitre avec précision de la masse des deux autres planètes et de nouvelles mesures devront être faites. Une quatrième planète pourrait également exister dans le système.\n\nPour plus d’informations sur la composition des super-terres, lire l’article de Drew Ex Machina sur le sujet que nous avons traduit.\n\nRéférences:\n

    \n

  1. A HARPS view on K2-3 (J-M Almenara-Villa et al. 2015)
  2. \n