Située à seulement 39 années lumières, GJ 1132 b est désormais l’exoplanète tellurique la plus proche du Soleil. Découverte grâce au réseau de télescopes robotisés MEarth-South situés au Chili et pilotés à partir de l’Université d’Harvard. Ce réseau de télescopes surveille à intervalle régulier la luminosité des petites étoiles naines rouges proches du Soleil dans le but d’observer le transit d’une planète de petite taille. En 2009 ce réseau avait déjà permis de détecter la mini-Neptune GJ 1214 b, désormais très étudiée.\n\n

Vue d’artiste de GJ 1132 b et de son soleil. Crédit: Dana Berry
\n\nD’après les données photométriques, GJ 1132 b a un rayon de 1.2 RT et sa masse mesurée depuis le sol est de 1.6 MT ce qui lui donne une densité de 5, très proche de la densité de la Terre, c’est donc une planète tellurique comme la notre. Mais la comparaison s’arrête là puisque GJ 1132 b fait le tour de son soleil en moins de deux jours et en reçoit 19 fois plus de lumière que la Terre n’en reçoit du Soleil, la rendant aussi chaude qu’un four ménager. Sa rotation est sans doutes verrouillée par les forces de marée de son étoile, un coté de la planète est perpétuellement éclairé tandis que l’autre est toujours dans l’ombre.\n\n
Réseau de télescopes MEarth.
\n\nD’après les découvreurs, GJ 1132 b est peut être dotée d’une atmosphère, et c’est cette dernière qui les intéresse. En effet la plupart des autres exoplanètes telluriques connues sont trop chaudes pour avoir une atmosphère, elle deviendra donc une cible privilégiée pour le James Webb Telescope qui pourra étudier sa composition, sa couleur et ses vents dans le but de mieux comprendre ces astres dont les seuls exemples bien étudiés ne sont que la Terre et Vénus.\n\nRéférences:\n

    \n

  1. A rocky planet transiting a nearby low-mass star (Zachory K. Berta-Thompson et al. 2015)
  2. \n

\nLiens:\n

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *