Un trou noir qui joue au lance pierre

Catégorie: Exoplanètes

Tout les siècles une étoile s’approche trop près du trou noir supermassif au centre de notre galaxie, sa gravité la spaghettifie, envoyant une gerbe de gaz dans l’espace. Est-ce la fin de l’histoire? Pas d’après Eden Girma. Selon une étude qu’il a présenté au dernier meeting de l’American Astronomical Society, ce gaz peut se condenser en planètes, projetées à toute berzingue dans la galaxies.

Vue d’artiste d’une étoile détruite étape par étape, par un trou noir. Crédit: NASA/JPL-Caltech

Selon ses estimations, ces planètes auraient probablement une masse comprise entre celle de Neptune et plusieurs fois celle de Jupiter. Il pourrait y en avoir dans le voisinage du Soleil à seulement quelques centaines d’années lumières de nous. elles seraient encore chaudes de leur formation, mais trop froides pour être détectées avec les instruments actuels. Selon Girma, le Large Synoptic Survey Telescope et le James Webb Space Telescope seraient en mesure de vérifier leur existence.

Des planètes projetées à toute vitesse à travers la galaxie. Crédit: Mark A. Garlick/CfA

Lancées à plus de 10000 km/s, 95% de ces planètes sont destinées à s’échapper de la Voie Lactée. Les autres galaxies ayant également des trous noirs supermassifs semblables en leur centre, il est probable que toutes bombardent leur environnement de petites planètes nouvellement formées. Pas de panique cependant, l’Univers est si plein de vide que les chances de collision sont extrêmement minces

Bien que de même taille que des planètes, ces astres pourraient avoir une composition plus exotique. formés de morceaux arrachés à des étoiles, leur composition pourrait varier selon la couche de l’étoile arrachée. Et alors que les planètes classiques prennent plusieurs millions d’années à se former, celles-ci pourraient le faire en seulement un an, et chaque étoile détruite pourrait en former des centaines.

Des milliards de planètes n’ont pas d’étoiles pour les guider. Crédit: NASA/JPL-Caltech

Nous savons que les planètes errantes sont nombreuses, peut être plus nombreuses même que les étoiles. D’après l’auteur, 1% d’entre elles se seraient formées à proximité d’un trou noir supermassif.

Pas de commentaires