HD 106315 b et c – En janvier 2017 était annoncée la découverte de trois planètes autour de l’étoile HD 106315 de type spectral F dont une super-terre et une neptune chaude. On sait maintenant que les orbites de ces deux planètes sont alignées avec l’équateur de leur soleil. Il existe encore très peu de données sur l’alignement des orbites de petites planètes par rapport à leur étoile.

The warm Neptunes around HD 106315 have low stellar obliquities (George Zhou et al. 2018)

Kepler-9 b et c – Découvert en 2010, le système Kepler-9 comporte deux saturnes chaudes et une super-terre. Le télescope spatial Kepler ne pouvant plus observer ce système c’est toute une batterie de télescopes spatiaux qui a été utilisée pour suivre les derniers transits de ces trois planètes. Les planètes b et c sont proches d’une résonance orbitale 2:1. Cela provoque une libation des orbites, l’inclinaison de Kepler-9 b va diminuer tandis que celle de Kepler-9 c va augmenter. Cela devrait se traduire par des changements dans la durée des transits jusqu’à ce que Kepler-c ne transite plus dans 30 ans. Pendant cette période, les transit des deux planètes balayeront des zones différentes de leur soleil, une aubaine pour étudier en détail la surface d’une autre étoile que notre Soleil.

Kepler Object of Interest Network II. Photodynamical modelling of Kepler-9 over 8 years of transit observations (Jantje Freudenthal et al. 2018)

TESS – Le télescope spatial TESS (Transiting Exoplanet Survey Satellite), un des successeurs de Kepler a été lancé le 18 avril dernier. Il a atteint son orbite de travail en utilisant moins d’ergol de prévu, son espérance de vie pourrait atteindre 20 ans.

PDS 70 b –  PDS 70 est une très jeune étoile entourée d’un disque protoplanétaire dit de transition, c’est-à-dire qu’il est creusé d’un sillon. Ce genre de sillons peut être interprété comme la trace d’une planète en formation. Ce système a été imagée et étudier grâce à l’optique adaptative SPHERE et du spectrographe NaCo du Very Large Telescope et du spectrographe NiCi de Gemini South ce qui a permit de détecter une source de lumière dans le sillon à 22 unités astronomiques de l’étoile. C’est une planète chaude de 1000-1600K, de 1.4 à 3.7 fois la taille de Jupiter et âgée de 5.4 millions d’années et évoluant sur une orbite circulaire autour de PDS 70. Elle est probablement elle-même entourée d’un disque circumplanétaire.

Première image confirmée d’une protoplanète acquise par le VLT de l’ESO
Discovery of a planetary-mass companion within the gap of the transition disk around PDS 70 (Miriam Keppler  et al. 2018)
Orbital and atmospheric characterization of the planet within the gap of the PDS 70 transition disk (Andre Müller et al. 2018)

CoRoT-20 c – CoRoT-20 b est une jupiter chaude excentrique en transit découverte grâce au télescope spatial franco-européen CoRoT. Aujourd’hui nous savons qu’il existe une naine brune excentrique d’au moins 17 fois la masse de Jupiter orbitant l’étoile CoRoT-20 en 4.59 ans. C’est le premier système connu comportant à la fois une jupiter chaude à l’orbite excentrique et un compagnon extérieur possédant lui aussi une orbite excentrique.

A 4.6-year period brown-dwarf companion interacting with the hot-Jupiter CoRoT-20 b (Javiera Rey et al. 2018)

KELT-9 bKELT-9 b est l’exoplanète la plus chaude connue, elle est plus chaude que la majorité des étoiles connues avec un thermomètre affichant 4600K. La taille apparente de la planète dans les raies caractéristiques de l’hydrogène est 1.64 fois plus grande que la taille de la planète dans les autres longueurs d’ondes. Cela indique que son atmosphère est en train de s’évaporer dans l’espace et occupe l’essentiel de son lobe de Roche.

KELT-9 b. Crédit: NASA/JPL-Caltech

An extended hydrogen envelope of the extremely hot giant exoplanet KELT-9b (Fei Yan et Thomas Henning 2018)

Proxima Centauri b – Un événement de microlentille gravitationnelle a permit de mesurer avec précision la masse de l’étoile la plus proche du soleil, Proxima Centauri, à 0.150 masses solaires. La masse minimale de son exoplanète, Proxima Centauri b peut du coup être affinée à 1.56 fois la masse de la Terre.

The gravitational mass of Proxima Centauri measured with SPHERE from a microlensing event (Alice Zurlo et al. 2018) 

TRAPPIST-1 – Dans un tweet, Luca Maltagliati nous dévoile qu’une huitième planète de la taille de Mars pourrait se trouver dans le désormais célèbre TRAPPIST-1.

Kepler – Le télescope spatial Kepler, proche de la retraite s’est mis en mode de survie par manque d’ergol. Les scientifiques espèrent néanmoins pouvoir télécharger les dernières observations, voir réaliser une dernière campagne d’observation avant que le télescope soit définitivement hors service. Pendant ce temps, une équipe a validé 44 nouvelles planètes parmi les candidats détectés grâce au télescope. Parmi elles, 22 ont déjà été validées par d’autres équipes. Les excentricités orbitales de 51 planètes ont été contraintes et la masse des planètes de cinq systèmes contenant des jupiters « tièdes » a été mesurée.

Kepler fuel status update & FAQ
44 Validated Planets from K2 Campaign 10 (John Livingston et al. 2018)
The orbital eccentricity of small planet systems (Vincent Van Eylen et al. 2018)
TTV-determined Masses for Warm Jupiters and their Close Planetary Companions (Dong Hong Wu et al. 2018)

LHS 1140 – Découverte en avril, LHS 1140 b est une exoplanète potentiellement habitable orbitant une naine rouge. Sur Twitter Ryan McDonald dévoile la découverte non publiée d’une deuxième planète transitante, plus proche de son Soleil mais toujours dans la zone habitable. L’étude du mouvement de l’étoile par la méthode des vitesses radiales confirme l’existence de cette deuxième planète, ainsi que d’une troisième.

Minimizing the bias in exoplanet detection – application to radial velocities of LHS 1140 (Fabo Feng, Mikko Tuomi et Hugh R. A. Jones 2018)

IC 4651 9122 b – Peu de planètes sont connues dans les amas d’étoiles, ce sont pourtant des environnements où l’on peut étudier en détails la composition et d’évolution des étoiles et par extension, de leurs planètes. IC 4651 9122 b a été découverte dans l’amas ouvert IC 4651 agé de 2.4 milliards d’années. La planète est six fois plus massive que Jupiter et orbite à 2 unités astronomiques de son soleil, une géante orange.

On the incidence of planet candidates in open clusters and a planet confirmation (Izan C. Leão et al. 2018)

Beta Pictoris b – Une nouvelle méthode pour observer les exoplanètes a été testée sur la planète beta Pictoris b. Au lieu d’essayer de photographier la planète directement, les scientifiques ont photographié le système dans des longueurs d’ondes émises par la planète uniquement. Ainsi la planète est visible dans les longueurs d’ondes émises par l’eau e le monoxyde de carbone, mais elle reste invisible dans les longueurs d’ondes émises par le méthane et l’ammoniac. Ils en déduisent que ces molécules sont absentes de l’atmosphère de cette planète.

Hunting molecules to find new planets- Astronomers makes planets visible by detecting molecules on their surface
Medium-resolution integral-field spectroscopy for high-contrast exoplanet imaging: Molecule maps of the beta Pictoris system with SINFONI (H.J. Hoeijmakers et al. 2018)

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *