Kepler-1625 b et sa lune, vue d'artiste de Dan Durda

Exolune – Découverte d’une possible exolune aussi grosse et massive que Neptune autour de la géante gazeuse Kepler-1625 b. L’astre a d’abord été détecté dans les données du télescope spatial Kepler qui a observé trois transits de la planète. Un nouveau transit a été observé par Hubble, renforçant l’hypothèse des chercheurs qui restent néanmoins très prudents dans leurs conclusions. Un nouveau transit sera observé en mai 2019. Les chercheurs parlent de leur découverte dans deux vidéos publiées sur leur chaîne Cool Worlds (en anglais). Le catalogue EPE liste l’astre comme confirmé sous le nom de Kepler-1625 b I. (Vue d’artiste de Dan Durda)

CHESPA – Le télescope AST3-II du programme CHESPA (CHinese Exoplanet Searching Program from Antarctica), basé comme son nom l’indique en Antarctique a permis la découverte de 116 potentielles exoplanètes en transit. Tous ces candidats se trouvent dans la zone d’observation continue du télescope spatial TESS dont les observations pourront confirmer ou infirmer ces découvertes.

TESS – A peine commencées les observation du télescope spatial TESS ont permis la découverte de deux exoplanètes. Une terre chaude à période ultra courte autour de la naine rouge LHS 3844 située à seulement 15 parsecs et une super-terre chaude autour de l’étoile pi Mensae, une étoile de type solaire située à 18 pc et visible à l’œil nu. Pi Mensae est déjà connue pour abriter une planète géante gazeuse, la super-terre prend donc l’appellation pi Mensae c.

Microlentille – En testant une méthode qui sera utilisée pour le futur télescope spatial James Webb, il a été possible de mesurer plus précisément la masse de la planète OGLE-2012-BLG-0950L b.

Découverte d’une planète géante gazeuse lors de l’événement MOA-2016-BLG-319L.

Découverte d’une planète du gabarit de Neptune orbitant derrière la limite des glaces d’une naine rouge.

SOPHIE – En utilisant le spectrographe SOPHIE à l’Observatoire de Haute Provence, Simon Borgniet et son équipe ont retrouvé deux planètes géantes déjà connues, une possible planète supplémentaire dans un système déjà connu, quinze nouveaux compagnons binaires ou géantes gazeuses autour d’étoiles chaudes de types spectraux A ou F. Les conclusions de leur suivi et de ceux réalisés avec le spectrographe HARPS au VLT sont les suivantes:

-4% des étoiles A-F sont accompagnées d’une naine brune avec une période de moins de 1000 jours;
-3.7% des étoiles A-F de moins de 1.5 masses solaires sont accompagnées par une géante gazeuse avec une période de moins de 1000 jours;
-3% des étoiles A-F de moins de 1.5 masses solaires sont accompagnées par une géante gazeuse avec une période de moins de 10 jours;
-moins de 6% des étoiles A-F de plus de 1.5 masses solaires sont accompagnées par une géante gazeuse avec une période de moins de 1000 jours;
-4.5% des étoiles A-F de plus de 1.5 masses solaires sont accompagnées par une géante gazeuse avec une période de moins de 10 jours;

Ces conclusions sont en accord avec les occurrences de planètes autour des étoiles F-G-K plus froides et moins massives.

Kepler / K2 – Après avoir observé TRAPPIST-1 pendant 27 jours, le télescope spatial Kepler, incapable de se diriger correctement s’est mis en veille. Il n’est pas garanti que les dernières observations pourront être récupérées. Toujours est il que la longue carrière de Kepler continue de donner ses fruits. Trois nouvelles planètes ont été découvertes dans ses données: la super-terre rocheuse K2-265 b, la saturne chaude et excentrique EPIC 249451861 b et la sub-saturne excentrique Kepler-1656 b.

CI Tauri – CI Tauri est une jeune étoile de type T Tauri connue pour abriter une potentielle planète géante sur une orbite de neuf jours. De nouvelles observations radio réalisées avec le réseau d’antennes ALMA dévoile autour de l’étoile un disque protoplanétaire constitué d’anneaux concentriques, probablement sculpté par plusieurs autres planètes.

SuperWASP – Découverte d’une géante gazeuse ultra chaude autour de l’étoile HR 5599 (renommée WASP-189 pour l’occasion).

NGTS – Co-découverte de la jupiter chaude NGTS-2 b  / WASP-179 b par les équipes de SuperWASP et NGTS.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *